La Montagne Russe :

MONTAGNE RUSSE_edited.jpg

Voici sans doute la fabrique la plus énigmatique du Secourieu, située au fond du bois, proche de l’Ariège.

 La « Montagne Russe » est bâtie en briques et pierres assez rustiquement organisées, même si la coupole hémisphérique en brique est parfaitement et soigneusement réalisée.

 A l’extérieur, l’aspect est celui d’une rocaille, comme on les aimait à la fin du XVIII° siècle.

 Le diamètre intérieur de la chambre fait 3,5 toises : à noter que deux passages qui permettent d’accéder à cette chambre nécessitent que l’on se baisse pour entrer dans cette étrange construction. La troisième « bouche » est fermée par un petit mur de brique lui-même percé d’une ouverture. Enfin une ouverture semi-circulaire percée dans la chambre donne directement sur l’extérieur.

Tout est énigmatique à la « Montagne Russe » :

En premier lieu son nom, pourtant très ancien puisqu’il figurait déjà sur le plan cadastral de 1838. Il est vrai que sous l’ancien régime la Russie était très exotique…

Ensuite  sa destination : chacun lui affectera celle que son imagination lui fournira. Beaucoup y voient un rendez-vous galant…, l’arrêté de protection au titre des Monuments Historiques, plus prosaïquement, la qualifie de « glacière » (ce qui laisse un peu perplexe dans la mesure où il y a de nombreuses ouvertures), certains enfin y voient les ruines d’un four gallo-romain qui aurait été transformé au XVIII°.

Quoiqu’il en soit, c’est un bel endroit, très original, et le gros if qui enserre la construction dans ses racines (un des fleurons végétaux du Secourieu) ajoute au charme du lieu.

La "Montagne Russe"

par Édouard Bouillères.

TROMPE_CHEMINEE.tif