La maison

La maison est le reflet de la longue histoire de la propriété.

La façade principale (façade sud) avec son style « troubadour » du milieu du XIX° est assez trompeuse. En effet comme l’indique Monsieur Bernard Voinchet, Architecte en Chef des Monuments Historiques dans son étude préalable de septembre 2004, si nous ne connaissons pas la date de fondation du château, « les éléments les plus anciens semblent médiévaux, même s’ils ont été abondamment modifiés aux XVII°, XVIII° et XIX° siècles: l’examen du château montre que le domaine a constamment été modifié, attestant ainsi qu’une vitalité soutenue».

57542-1-1 Secourieu vue proche.jpg

On retrouve au Secourieu tout le vocabulaire architectural des domaines agricoles toulousains : créneaux, pigeonnier carré, orangerie, écuries, nombreuses dépendances et bien entendu un jardin.

La maison est essentiellement organisée autour d’une grande cour intérieure, l’aile sud et une petite partie des ailes Est et Ouest correspondent à l’habitation principale, le reste des ailes Est et Ouest est composé de logements du personnel agricole, l’aile Nord étant occupée par le garage et l’écurie de chaque côté du porche. Dans l’angle Nord-Est une aile se prolonge vers l’Est, correspondant à la « Vieille Ferme » (sans doute le reste des anciens communs, ceux donnant sur la cour intérieure ayant été reconstruits par le Maréchal Clauzel), tandis que dans l’angle Sud-Est une aile s’étend vers le Sud et se termine par l’orangerie dont la façade typiquement XVIII° est bien entendu orientée au sud.

La maison, qui est habitée toute l'année, n'est pas ouverte à la visite.

PANS DE BOIS_edited_edited.jpg

Les murs à "pan de bois" de la "Vieille Ferme'

L'aile XVII°

AILE XVII°.jpeg
ORANGERIE_edited.jpg

L'orangerie XVIII°

Le porche  Empire

LACOUR12_edited_edited_edited.png